100 ans Muba: «être toujours ouvert à tout»

Publié le 12.04.2016 de Christoph Spangenberg
100 ans MCH Group signifient aussi 100 ans Muba. La foire à partir de laquelle s'est développé le groupe d'entreprise, célèbre son anniversaire, du 15 au 24 avril 2016. Le nouveau directeur de la foire Daniel Nussbaumer et le responsable de la communication Simon Dürrenberger s'expriment dans cette interview sur les temps forts de l'édition anniversaire. Ils se souviennent des hôtes de sang bleu et de ceux qui pataugent dans des piscines, révèlent la clé du succès de la «mère de toutes les foires» et leurs expériences personnelles et réfléchissent sur la Muba du futur.

muba-simon-duerrenberger-daniel-nussbaumer

Simon Dürrenberger, Daniel Nussbaumer.

Nous fêtons dans quelques jours le début de la 100ème Muba. Vous avez, à cette occasion, réuni une série de temps forts.  Donnez-nous un avant-goût!

Simon Dürrenberger: le grand temps fort est notre festival dans la cour intérieure. Nous avons pu engager 20 différents artistes suisses, dont des artistes renommés comme Massimo Rocchi, Marco Rima ou Luca Hänni. Naturellement, nous avons aussi un programme à caractère nostalgique pour l'anniversaire et rendons hommage à l'histoire: nous représentons l'ancien bâtiment de tête de la foire, avec d'anciens voitures du Panthéon Bâle placées devant. Nous avons voulu faire allusion à l'époque où la Place de la Foire servait encore de parking.  Certains s'en souviendront. En outre, des photos et des objets d'exposition de l'époque peuvent être admirés.
Nous avons exposé toutes les 100 affiches de la foire depuis 1917. Vous pouvez contempler 50 d'entre elles à l'exposition d'affiches, au cœur de Bâle jusqu'au 25 avril. Lors de l'inauguration officielle en présence d'invités, nous présenterons l'évolution de la Foire d'échantillons dans un superbe film en accéléré. Ce film pourra aussi être partagé sur nos canaux de médias sociaux.

Depuis 1917, la Muba a résisté à tous les changements sociaux, politiques ou économiques. Elle fête maintenant son 100ème anniversaire. Comment la «Foire d'échantillons» a pu s'imposer aussi longtemps?

Dürrenberger: en s'adaptant toujours pendant cent ans aux circonstances. Au début de la Foire d'échantillons, des exposants issus de tous les secteurs de l'économie suisse étaient présents. Petit à petit, la «mère de toutes les foires» laissa partir ses «enfants» devenus adultes. Holz a été le premier salon professionnel devenu autonome dans les années cinquante. Des secteurs d'exposition sans cesse croissants ont suivi cet exemple.  Les plus célèbres sont Baselworld, le salon mondial numéro un de l'horlogerie et de la bijouterie ainsi que Swissbau ou Giardina. La Foire d'échantillons a établi les bases de la croissance de l'actuel MCH Group.

Existe-t-il des exposants qui accompagnent la Muba depuis des décennies?

Dürrenberger: naturellement, plusieurs exposants participent depuis de nombreuses années, dont un depuis 99 ans. Il s'agit de la société Mauler, une entreprise familiale de Suisse romande qui fabrique un vin mousseux. Elle n'a manqué qu'une seule édition.  Feldschlösschen a participé plus de 90 fois, Möbel Pfister et d'autres 50 fois.

Simon, tu travailles depuis 15 ans pour Messe Basel, dont 13 ans en tant que responsable communication de la Muba. Existe-t-il sûrement tel ou tel temps fort ou moment insolite?

Dürrenberger: il y en a eu plusieurs. Par exemple en 2005, un membre de la famille royale danoise, Prince Henri du Danemark, se présenta à l'ouverture de la Muba. Les visites annuelles du Conseil Fédéral ont toujours été très passionnantes, mais lorsqu'un membre d'une famille royale vient, c'est encore plus spécial.

L'histoire d'un exposant de piscines est insolite. Il avait exposé un abri de jardin avec une piscine. Un jour, il a appelé, tout excité, parce que des gens étaient dans la piscine. Quelques jeunes hommes sont entrés dans l'abri de jardin, se sont déshabillés et ont pataugé avec un casier de bière dans la piscine. L'exposant ne pouvait rien faire car ils avaient verrouillé l'abri de l'intérieur. Il fallait faire appel au service de sécurité. La foire est une occasion pour expérimenter, mais ces jeunes gens l'ont pris un peu à la lettre.

Daniel, tout cela est nouveau pour toi. Vous êtes le nouveau directeur de la Muba depuis le 1er avril 2016. Raconte-nous pourquoi tu as choisi la Muba. 

Daniel Nussbaumer: j'ai toujours eu une relation très étroite avec la Muba et j'avais grandement envie de relever le défi, de contribuer à quelque chose de traditionnel qui fait partie intégrante de la ville de Bâle.

Ma mère avait travaillé dans l'équipe chargée de la réalisation du catalogue de la Foire d'échantillons. En tant qu'enfant, j'étais toujours sur le stand de FCB. J'ai gagné à la foire un cours de langue d'une valeur de 2000 francs suisses. Malheureusement, j'étais à l'époque trop jeune pour cela. J'ai alors attendu quatre ans pour valider le bon.

J'ai déjà participé quelques fois en tant qu'exposant à la Muba. J'y ai connu mes deux meilleurs amis. Tu remarques que j'ai encore de très beaux souvenirs de cette foire qui ont marqué ma vie.

Simon, as-tu des conseils pour le nouveau chef?

Dürrenberger: être ouvert à tout! On est confronté à tant de choses variées et passionnantes lorsqu'on travaille pour une foire, en particulier pour la Muba. Chaque année, nous créons une plate-forme pouvant contenir presque tout. On doit toujours vérifier tout ce qu'on peut réaliser dans le sens du développement de la foire, mais aussi dans le sens de l'intérêt des visiteurs. C'est ce que j'ai trouvé le plus passionnant. Le fait d'être confronté à chaque préparation de la foire à de nouvelles choses passionnantes et de connaître de nouvelles personnes. C'est extrêmement enrichissant.

Daniel, nous nous réjouissons dores et déjà de la 100ème Muba et des tous ses temps forts. As-tu toutefois déjà des projets pour les prochaines années? Quelle direction doit prendre la Muba?

Nussbaumer: il est trop tôt pour cela. Naturellement, j'ai déjà une idée en tête, mais il s'agit à présent de connaître en profondeur la Muba et profiter de l'expérience des personnes comme Simon qui ont tant fait, qui ont beaucoup d'expérience et en ont créé quelque chose.

Dürrenberger: c'est une bonne chose que Daniel puisse entièrement profiter des deux dernières semaines de préparation et des dix jours de la foire et s'en inspirer. Il y a plusieurs impressions à comprendre. Il y a beaucoup à faire. Il doit développer la foire avec son équipe et trouver l'équilibre entre l'exposition et le caractère événementiel.

Simon, comment t'imagines-tu la Muba dans 10 ans?

Dürrenberger: je n'ai aucune idée concrète, tout change très rapidement ces derniers temps. Mais on doit deviner comment évolue le comportement des groupes cibles jeunes en matière de consommation et de loisirs, quelles sont les plate-formes qui sont importantes pour eux et ce qu'ils aimeraient y découvrir. Ces groupes cibles sont très importants et il faut susciter chez eux un enthousiasme pour la foire. Ensuite, on peut créer une offre avec les exposants et les autres partenaires.  Des choses comme Virtual Reality et Location based Marketing, en général comme la mise en scène d'un produit, d'une société, d'une marque, joueront des rôles de plus en plus importants. C'est une évolution très passionnante.

Simon, tu arrêtes après l'anniversaire de la Muba. La foire te manquera?

Dürrenberger: oui, tout à fait, j'ai passé de bons moments. Pendant 15 ans demi, j'ai travaillé pour Messe Basel et pour la Muba. J'ai pu vivre beaucoup de choses et nouer plusieurs contacts. C'est une grande partie de notre vie. Mais, c'est aussi ok si un nouveau chapitre commence maintenant et je peux, avec ce que j'ai pu apprendre, créer quelque chose ailleurs. Mais, je reviendrai naturellement pour voir comment les foires et salons évoluent et ce que Daniel fait.

Peux-tu déjà nous révéler là où tu vas?

Dürrenberger: non, rien de précis. Peut-être, je vais faire une petite pause pour récupérer...

La 100ème Muba aura lieu du 15 au 24 avril 2016 à Messe Basel. Infos, temps forts et programme: www.muba.ch/fr

Christoph Spangenberg

Publié sous:

Ecrire un commentaire