Baselworld: la pandémie du SRAS suscite des remous

Publié le 16.11.2016 de
Baselworld in Zürich, 2003 (MCH Group)

La nouvelle du 1er avril 2003 ne fut malheureusement pas un poisson d'avril. À deux jours de l'ouverture de Baselworld, l'Office fédéral de la santé prit une décision dévastatrice pour le salon international, en raison de la pandémie du SRAS qui sévissait.

Pour la première fois, le salon de la bijouterie et de l'horlogerie, leader au plan international, devait se tenir avec le concept  "One Show – Two Locations" non seulement à Bâle, mais aussi à Zurich. Il aurait ainsi dû être une étape majeure dans l'histoire des foires et salons en Suisse. Alors survint l'ordonnance de l'Office fédéral de la santé: en raison de l'épidémie du SRAS qui sévissait à l'époque en Asie, les exposants ne devaient pas embaucher un personnel originaire de la Chine, de Hong Kong, du Vietnam ou de Singapour. 3'000 personnes, principalement sur site de Zurich, étaient concernées par ce mesure.

La veille de l'ouverture du salon, seule la moitié des stands de 800 exposants pouvait être aménagée à Zurich. La délégation de Hong Kong, le troisième plus grand groupe d'exposants à l'époque, rentra bredouille. La moitié de la surface d'exposition dans Messe Zürich resta vide. Le nombre de visiteurs diminua de 22 %. Et une autre conséquence autant néfaste: la bonne réputation de Baselworld en Asie en prit un sacré coup.

Celle-ci n'a put être rétablie que grâce aux gros efforts fournis par la direction du salon. Il fallut renoncer au site de Zurich en tant que partie de Baselworld. Par contre, une surface d'exposition supplémentaire fut louée dès 2004 pour plusieurs années et transformée en Halle 6 pour abriter le nouveau site des pavillons des nations. Les investissements et les efforts ont été fructueux: les exposants asiatiques restèrent fidèles à Baselworld.

La pandémie du SRAS de 2002/2003 causa la mort de plus 1300 personnes.

Publié sous:

Ecrire un commentaire

 
 

 
Captcha