Parcours Art Basel: «rencontrer des œuvres d’art à des endroits inhabituels de Bâle»

Publié le 10.06.2017 de Christoph Spangenberg

Découvrir 22 œuvres d’art choisies en fonction de l’espace d’exposition dans le centre historique de Bâle. Le secteur Parcours d’Art Basel présente, du 12 au 18 juin 2017, les œuvres d’artistes comme Ai Weiwei, Katinka Bock, Pedro Cabrita Reis et Amanda Ross-Ho à des endroits particuliers se trouvant autour de la Münsterplatz. Le commissaire de l'exposition Samuel Leuenberger présente, dans cette interview, les temps forts, dévoile sa démarche lors de la recherche de l’endroit parfait pour une œuvre d’art et les lieux qu’il aimerait explorer.

Samuel Leuenberger, Curator of Art Basel Parcours 2017 (MCH Group)

1. Pour tous ce qui ne connaissent pas le parcours: expliquez-nous brièvement le concept.

Le parcours est une merveilleuse manière d’aller à la rencontre de l’art dans l’espace public, mais aussi privé. C’est une exposition basée sur des sculptures et des performances qui s’étend sur la vielle ville de Bâle. L’objectif est, de mon point de vue, de relier un projet élaboré spécialement au partenaire idéal, à savoir au lieu d’exposition parfait. Pour les visiteurs, cela signifie simplement: être surpris en permanence et rencontrer des œuvres à des endroits inhabituels.

2. Cette année, il s’agit d’expériences intimes avec des artistes. Qu’est-ce qui nous attend là?

Je tenais à raconter cette année une série d’histoires 'petites', mais importantes. Il s’agit d’histoires et d’observations qui donnent parfois l’impression que quelqu’un raconte des secrets, lit un journal intime. On reprend des sujets politiques, sociaux ou parfois quotidiens et les présente. La Kosovare Flaka Haliti fait par exemple une installation dans la cour intérieure de la mairie de Bâle, la plaque tournante politique mais aussi touristique de Bâle. Elle y installe 30 à 50 bannières séparées, à vrai dire des bannières publicitaires qui se réunissent en un groupe comme des figures sans visage.

Sur la Münsterplatz, au centre du parcours, se trouve une sculpture monumentale en métal de l’artiste chinois Ai Weiwei. C’est l'œuvre d’un groupe de travail créé en 2009 dans lequel Ai Weiwei a rassemblé des fragments de bois organiques des montagnes du Jiangxi au Sud de la Chine pour construire des arbres complexes à partir des racines et des branches. La surface non traitée a changé au fil du temps, une patine s’est développée et lui confère une dimension visuelle plus forte. Ce travail impressionnant permet à Ai Weiwei de créer un environnement contemplatif pour l’observateur et de l’inviter à réfléchir sur sa relation avec la nature, la culture, l’histoire et avec soi-même.

3. Pour le parcours, vous vous intéressez au passé et au présent en fonction de la spécificité du lieu, réinterprétez des lieux connus. Comment procédez-vous lors du travail pour le parcours, qu’est-ce qui vous inspire?

Une fois le lieu assuré, donc dans ce cas la «Münsterhügel» et la zone avoisinante, il y a deux facteurs de motivation. D’une part, j’ai une liste des artistes et des projets souhaités. D’autre part, j’ai des lieux que j’aimerais impérativement faire revivre et d’autres qu’il faut découvrir. Cela fait plaisir.

Lorsque j’ai rassemblé les premiers projets en collaboration directe avec les galeries ou les artistes, j’effectue une sorte de sondage: Quelles sensibilités voudrais-je réunir? Quelles sont les voix qui s’adaptent parfaitement aux autres? Quels sont les liens qui peuvent être créés çà et là?

4. Quels sont les lieux choisis cette année pour lesquels vous êtes particulièrement content que ça a marché et pourquoi?

Pour ce qui est du lieu, je suis très content de pouvoir animer la salle de la cathédrale avec une installation de la Marocaine vivant en Suisse, Latifa Echakhch. Le jardin de la « Allgemeine Lesegesellschaft», un lieu féérique, est transformé par l’artiste allemande vivant à New York, Lena Henke. Mais, il s’agit aussi de 'lieux simples', à savoir des rues, comme par exemple avec la Belge Sophie Nys qui occupe les fontaines dans tout le site. Ou l’Américaine Amanda Ross-Ho qui a apparemment perdu des clés agrandies dans la ville qui apparaissent toutefois quelque part, par exemple sur le trottoir ou en bas dans l’eau du Rhin. Il est important de remontrer tous les aspects du quartier.

5. Vous avez parlé du lieu d’exposition parfait. Quand est-ce qu’une œuvre d’art est adaptée à un lieu et quand est-ce qu’elle ne l’est pas?

Il s’agit de dialogues actifs ou dans tous les cas de la tentative de créer un tel lieu. Parfois, on sait si les objets sont vraiment adaptés, une fois sur place. Mais si l'œuvre et le lieu se complètent et qu’un élément n’est pas seulement une scène ou une décoration pour l’autre, on commence à entendre des histoires. Les deux éléments ont la même importance. Quand est-ce que ça ne fonctionne pas? Quand on place simplement une sculpture finie quelque part sans réfléchir sur le contexte.

Parcours; Art Basel in Basel 2016 (MCH Group)
6. Le temps fort est à nouveau le parcours nocturne le samedi soir, un programme spécial avec de nombreuses performances live dans des lieux autour de la Münsterplatz.

Le parcours nocturne est un temps fort pour deux raisons. D’une part, le parcours nocturne est un évènement public qui se déroule le samedi soir. Toutes les institutions et les lieux du parcours sont ouverts de 18 h à 24 h. Un évènement familial spectaculaire. D’autre part, j’ai la liberté d’inviter aussi des tendances artistiques pour le programme du soir qui ne sont pas déjà représentées dans le parcours des galeries. Ce signifie que nous pouvons permettre à de jeunes artistes se présenter. Cette année, nous pourrons profiter d’une diversité de manifestations théâtrales et de performances.

Les temps forts sont certainement nos collaborations avec la Maison d'art de Bâle-Campagne et le Centre Culturel Suisse de Paris qui sont nos partenaires invités. Deux autres temps forts sont la nouvelle production théâtrale de Than Hussein Clark et l’ensemble Wu Tsang 'Moved by the Motion'. L’un aura lieu à la Première église du Christ, une magnifique église classée patrimoine protégé de 1937 se trouvant juste derrière le musée d’art, et l’autre à l’église Saint-Martin (Martinskirche) où danse, chant et narration se mélangent. Et pour terminer une chose très importante: toute la plate-forme, le parcours et le parcours nocturne sont gratuits pour le public. On peut tout voir et savourer, se promener dans des musées et des maisons privées et effectuer un voyage-découverte durant toute la semaine.

7. Quel lieu aimeriez-vous faire vivre en dehors du parcours?

L’aéroport, dans les coulisses. Ou le campus Novartis. Imaginez: la technologie, l’innovation, l’architecture spéciale et l’art unis par un parcours.

Samuel Leuenberger organise le parcours depuis 2016. Leuenberger est le directeur et le conservateur de SALTS à Birsfelden.

Parcours, du 12 au 18. juin 2017. Plus d’infos et tous les évènements d’Art Basel 2017 à Bâle
Art Basel à Bâle 2017, du 15 au 18 juin 2017, http://www.artbasel.com

Christoph Spangenberg

Publié sous:

Ecrire un commentaire

 
 

 
Captcha